Nutree

Index glycémique et communication nutritionnelle

Le par Anaïs | (commentaires : 0)

L’index glycémique (IG) c’est quoi?

La notion d’index glycémique n’est pas ancienne puisque c’est en 1981 que Jenkins introduit cette notion pour classer les aliments selon leurs effets sur la glycémie sanguine.

Il détermine, à quantité égale de glucides, l’effet hyperglycémiant d’un aliment comparé à un aliment de référence via le rapport :

L’aliment de référence utilisé est généralement le glucose ou le pain.

La mesure de l’aire sous la courbe de glycémie permet par la suite de traduire cette réponse glycémique en donnée chiffrée en faisant:

 

Comment mesure t-on l'index glycémique d'un aliment ?

Le protocole de mesure de l’index glycémique des aliments est standardisé (méthode FAO/WHO de 1998). Des tests sont effectués à jeun sur une 10 aine de sujets sains sur un aliment de référence et sur l’aliment pour lequel on souhaite connaître l’index glycémique.

Des prélèvements de sang sont ensuite réalisés pour déterminer le taux de glucose dans le sang, puis à partir de ces données les courbes de glycémie sont tracées.

 

Et la charge glycémique (CG), c'est quoi ?

La charge glycémique est une notion qui a été développée par le groupe épidémiologique du Pr.Walter Willett pour obtenir une valeur d'exposition à la glycémie lors de l'apport alimentaire d'une journée.

En effet, un aliment peut avoir un index glycémique élevé mais s’il est consommé en très faible quantité, il n’aura que peu d’effet réel sur la glycémie. Inversement, un aliment avec un index glycémique faible ou modéré, s’il est consommé en grande quantité, peut augmenter de manière importante la glycémie des consommateurs. La charge glycémique permet donc de prendre en considération l’index glycémique des aliments au regard des quantités consommées.

Elle s’obtient de la manière suivante:

 

A quoi ça sert de connaître d'index glycémique des aliments ?

La notion d’index glycémique est particulièrement importante pour les personnes diabétiques. En effet, le but du traitement diététique étant de normaliser la glycémie de ces personnes afin de limiter ou retarder l’apparition d’éventuelles complications.
Cela passe notamment par un régime alimentaire spécifique où la quantité de glucides consommée doit être contrôlée en quantité et en qualité.

Un régime à IG bas, permet notamment aux personnes diabétique de gérer leur glycémie et de réduire à long terme les complications liées au diabète.

 

Comment communiquer sur l'index glycémique de ses produits ?

Vous souhaitez communiquer sur l’index glycémique de vos produits? Sachez que vous ne pouvez pas dire tout ce que vous voulez. En effet, communiquer sur l’effet santé d’un produit alimentaire, revient à émettre une allégation de santé, qui est régit par le règlement (UE) n°432/2012. En effet, seules les allégations de santé génériques présentes dans ce règlement sont autorisées.

Par ailleurs, il faut respecter les critères et les seuils de l’allégation pour pouvoir la faire figurer sur l’emballage de ses produits et sur son site de vente en ligne.

Il n’existe pas d’allégation de santé sur l’index glycémique à proprement parler. Néanmoins, il existe une dizaine d’allégations relatives à la glycémie.

En effet, on peut citer par exemple le cas des produits dans lesquels le sucre a été remplacé par des édulcorants intenses. Ceux-ci peuvent faire apparaître la mention «La consommation de denrées alimentaires/boissons contenant (nom du succédané du sucre) à la place de sucre entraîne une hausse de la glycémie inférieure à celle qu’entraîne la consommation de denrées alimentaires/boissons contenant du sucre.

Pour cela, il faut que les conditions de l’allégation soient respectées : les sucres doivent être remplacés par des succédanés du sucre, à savoir des édulcorants intenses, du xylitol, du sorbitol, du mannitol, du maltitol, du lactitol, de l’isomalt, de l’érythritol, du sucralose ou du polydextrose, ou une combinaison de plusieurs d’entre eux, de telle sorte que les denrées alimentaires ou les boissons aient une teneur en sucres réduite d’au moins la proportion visée dans l’allégation RÉDUIT EN SUCRES définie dans l’annexe du règlement (CE) n°1924/2006.

Dans le cas du D-tagatose et de l’isomaltulose, ils doivent remplacer des teneurs équivalentes d’autres sucres dans la même proportion que celle indiquée dans l’allégation RÉDUIT EN SUCRES définie dans l’annexe du règlement (CE) n°1924/2006.

Revenir

Ajouter un commentaire

Contactez-nous !

Quelle est la somme de 5 et 1 ?
nutree

Les atouts de notre solution

  • Complet
  • Réglementaire
  • Fiable
  • Traçable
  • Autonome
  • Flexible
  • Compétitif

 

123 boulevard Louis Blanc
85 000 La Roche-sur-Yon
Tél: 02.72.71.16.34

SARL au capital variable de 10.000€

RCS de La Roche-sur-Yon B 839 873 106

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts En savoir plus...