Nutree

Un point sur les différents systèmes d'affichage en face avant des produits proposés à ce jour

Le par Anaïs | (commentaires : 0)

 

Le SENS

Le SENS (Système d’Étiquetage Nutritionnel Simplifié) est un système de profilage nutritionnel développé à partir du système SAIN-LIM décrit dans le rapport de l’Afssa relatif à la définition de profils nutritionnels pour l’accès aux allégations nutritionnelles et de santé (Afssa, 2008).

Afin de pouvoir appliquer l’algorithme du SENS, 4 étapes successives sont à réaliser.

  • ETAPE 1 : Détermination de la catégorie des aliments

Le système SENS propose 8 catégories de produits :

- Les boissons (produits liquides hors lait);

- Les matières grasses animales et végétales (incluant les huiles, graisses, beurres et assimilés, crème fraîche et assimilés, mayonnaises, vinaigrettes…);

- Les fromages (produits mettant en œuvre au minimum 70% de fromage);

- Les autres produits laitiers (produits mettant en œuvre au minimum 50% d’ingrédients laitiers hors matières grasses laitières et crèmes);

- Les produits céréaliers : produits mettant en œuvre au minimum 50% de céréales;

- Les produits à base d’œufs : produits mettant en œuvre au minimum 50% d’œufs;

- Les produits à base de poissons : produits mettant en œuvre au minimum 50% de produits aquatiques;

- Les autres produits : produits ne rentrant dans aucune des définitions ci-dessus;

 

  • ETAPE 2 : Mobilisation de données de composition auxquelles on applique, pour certaines, des seuils minimaux et maximaux ;

Le nombre et la nature des paramètres vont varier selon la catégorie d’aliments (cliquer sur l'image ci-dessous pour faire apparaître le tableau):

 

  • ETAPE 3 : Le calcul du SAIN et du LIM :

- Le SAIN (Score d’Adéquation Individuel des aliments aux recommandations Nutritionnelles), met en œuvre les teneurs en nutriments dits « qualifiants » : protéines, fibres, teneur en fruits et légumes. La formule du SAIN dépend de la catégorie à laquelle appartient l’aliment :

Cliquer sur les images ci-dessous pour voir les formules du SAIN selon les catégories d'aliments:

Le SAIN tient compte de la densité nutritionnelle de l’aliment car la composition est exprimée pour 100 kcal. Par ailleurs, la densité nutritionnelle relative à chaque nutriment qualifiant est rapportée à une valeur-repère. Enfin, un coefficient de pondération (1 ou 2) est associé aux constituants additionnels ou répétés donnant ainsi plus ou moins de poids au paramètre en question. 

- Le LIM représente la composante défavorable du système SENS. Il met en œuvre, quelle que soit la catégorie d’aliments, les trois constituants suivants : sodium, acides gras saturés et sucres libres.

Les teneurs des constituants pris en compte dans le LIM sont elles aussi rapportées à des valeurs-repères.

  • ETAPE 4: Attribution d’une classe SENS en fonction du SAIN et du LIM, puis dans certains cas, l’application de déclassements.

Une fois les scores SAIN et LIM calculés, les aliments peuvent être positionnés sur un graphique à deux dimensions qui permet de visualiser leurs composantes ainsi que la classe de l’aliment.

Le système SENS prévoit des classements / déclassements systématiques :

  • Les eaux sont automatiquement classées en 1 ;
  • Les boissons classées a priori en 1 mais dont la valeur calorique est supérieure à zéro sont déclassées en 2 (cas des boissons édulcorées dont la valeur calorique est faible mais non nulle) ;
  • Les aliments classés a priori en 1 et de valeur énergétique > 400 kcal/100g sont rétrogradés en 2 ;
  • Les aliments classés a priori en 2 et de valeur énergétique > 400 kcal/100g sont déclassés en 3 ;
  • Enfin les aliments classés a priori en 3 et de valeur énergétique > 400 kcal/100g et ayant une teneur en sodium > 200 mg/100g sont déclassés en 4.

Au niveau de l’affichage en face avant du packaging, le système SENS se présente sous forme de flèches avec des recommandations de consommations : Une flèche verte pour les aliments que l'on peut consommer quotidiennement, une violette pour les aliments à l'équilibre nutritif discutable qu'il vaut mieux consommer de manière occasionnelle. Et entre les deux, une flèche bleue (consommation plusieurs fois par semaine) et une orange (1 ou 2 fois par semaine).

 

Pour en savoir plus sur le système SENS: https://www.anses.fr/fr/system/files/AUTRE2015SA0253.pdf

 

Le système 5C ou "Nutri-score"

La Food Standard Agency (FSA) a développé en 2004-2005 un système de score nutritionnel défini par Rayner et al. Ce système transversal utilise les mêmes critères pour l’ensemble des aliments. Ceci, dans l’optique de fournir à l’OfCom (Office of Communication) un outil de décision pour statuer sur les aliments dont la publicité à destination des enfants serait autorisée ou non.

Le score nutritionnel des aliments, défini par Rayner et al., est un score intégrant :

  • Une composante dite « négative », calculée à partir des teneurs en nutriments dont la consommation doit être limitée : énergie (kJ/100g), sucres simples (g/100g), acides gras saturés (g/100g) et sodium (mg/100g)
  • Une composante dite « positive », calculée en intégrant les teneurs en nutriment dont la consommation est recommandée : fibres (g/100g), protéines (g/100g) et les fruits/légumes/fruits à coque (g/100g).

Les composantes « positives » et « négatives » sont ensuite chacune associées à un score plus ou moins important, en fonction de la composition nutritionnelle de l’aliment considéré :

  • De 0 à 10 pour les nutriments de la composante « négative »
  • De 0 à 5 pour les éléments de la composante « positive ».

Les notes théoriques du score vont donc de -15 (le plus favorable sur le plan nutritionnel) à +40 (le plus défavorable sur le plan nutritionnel). Cliquer sur les flèches ci-dessous pour voir les tableaux de calculs des composantes positives et négatives:

 

Dans la plupart des cas, le score est ensuite calculé en soustrayant le score de la composante «positive » à celui de la composante « négative ». Cependant, si le score de la composante « négative » est supérieur ou égal à 11 et que la teneur en fruits/légumes/fruits à coque est inférieur à 5, alors les protéines ne sont plus prises en compte dans le calcul du score nutritionnel, le calcul est alors le suivant:  FSA = Score A - (Score fibres + score fruits et légumes). Le seuil de 11 points a été établi par un comité d'experts après de multiples études.

A partir de la distribution des scores nutritionnels des références, 4 seuils ont été déterminés permettant de classer les produits en 5 catégories. Ces seuils sont différents selon les catégories d'aliments notamment pour les matières grasses et les boissons sans alcool. (Cliquer sur l'icône ci-dessous pour faire apparaître les différents seuils):

Au niveau des emballages alimentaires, la qualité nutritionnelle de l’aliment est représentée sous forme de rectangles avec l’indication de sa catégorie nutritionnelle (A-B-C-D ou E).

Pour plus d'informations sur le système 5C:

http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_Hercberg_15_11_2013.pdf

 

Les feux tricolores

Il s’agit d’un système d’étiquetage, utilisé au Royaume-Uni, indiquant les quantités d’énergie et de quatre nutriments à limiter pour 100 g ou 100 ml ou par portion, complétées par leur contribution aux apports journaliers (AR) assortie de feux colorés (vert, orange, rouge).

Pour chacun des nutriments (sucres ajoutés, matières grasses, acides gras saturés  et sel) des seuils sont définis afin de les classer en trois couleurs : rouge (high), orange (medium) et vert (low).

3 étapes sont nécessaires pour l'affichage des feux tricolores sur la face avant des aliments pré-emballés: 

  • Indiquer la taille de portion, les informations concernant les quantités (exprimées en gramme) de chaque nutriment ainsi que la valeur énergétique (en kcal et kJ) par portion ET pour 100 g ou ml de produit;
  • Indiquer les informations sous forme de pourcentage par rapport aux apports recommandés;
  • Déterminer le code couleur du produit. 2 tableaux existent, un pour 100 g de produit et l'autre pour 100 ml de boisson. (Pour faire apparaître les 2 tableaux, cliquer sur les icônes ci-dessous):

Les entreprises peuvent aussi ajouter les descriptifs "high", "medium" ou "low" (élevé, moyen ou bas) en plus de leurs couleurs respectives pour renforcer leur signification.

Au niveau du pack, l'affichage correspond à des pictogrammes de ce type (cliquer sur les icônes pour voir les différents types d'affichage):

  • Exemple concret de détermination du pourcentage des apports recommandés et du code couleur à attribuer au produit sur un plat préparé:

Étape 1: Calculer le pourcentage des apports recommandés en énergie et pour chaque nutriment en se basant sur les apports recommandés pour une personne à savoir sur une base de 2 000 kcal par jour.

% AR (apports recommandés) = Quantité de nutriments ou d’énergie par portion / AR

Énergie (kJ) : 1411 / 5400 x 100 = 17% (arrondir au pourcentage le plus proche)

Énergie (kcal) : 336 / 2000 x 100 = 17%

Matières grasses : 8.8 / 70 x 100 = 13%

Acides gras saturés : 1.6 / 20 x 100 = 8%

Sucres : 6 / 90 x 100 = 7%

Sel : 1.4 / 6 x 100 = 23%

Étape 2: Il faut ensuite se référer au tableau avec les différents critères et seuils pour chaque couleur. Tout d’abord, il faut regarder si les quantités par portion ne dépassent pas les seuils du critère « high ». Si non, ce qui est le cas dans cet exemple, les critères pour 100 g doivent être utilisés pour chaque nutriment.

Voici la représentation graphique des résultats obtenus, sur pack :

Pour en savoir plus sur le système des feux tricolores: https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/300886/2902158_FoP_Nutrition_2014.pdf

 

Nutri-repères

Depuis plusieurs années, existe l'affichage du pourcentage des apports de référence, anciennement dénommé GDA pour Guideline Daily Amounts ou RNJ pour repères nutritionnels journaliers. Ce système est basé sur l’indication de la contribution d’une portion ou de 100 g (ou 100 ml) de l’aliment aux apports nutritionnels de références journaliers (exprimé en pourcentage).

Il s’agit d’un calcul basé sur les apports de référence journaliers en 5 éléments (énergie, matières grasses, acides gras saturés, sucres et sel) définis réglementairement sur la base des besoins moyens d’un adulte pour des apports énergétiques estimés à 2000 kcal par jour.

Néanmoins, ce système a récemment été complété par une mise en forme graphique des % afin d'être testé auprès des consommateurs français sous le nom de "Nutri-repères". Il est basé sur la contribution en pourcentage et en valeur absolue d'une portion d'aliment aux apports nutritionnels de référence en énergie, sucres, matières grasses, acides gras saturés et sel.

 

Ce système est construit sur le même principe que les feux tricolores mais sans le système de couleurs:

Pour plus d'informations sur le système nutri-reprère: http://social-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/etiquetage-nutritionnel-marisol-touraine-annonce-le-lancement-de-l

 

Comparaison des différents systèmes

En décembre 2015, un dossier de presse concernant l’impact de différentes signalétiques nutritionnelles apposées sur la face avant des emballages des aliments sur les intentions d’achat des consommateurs et la qualité nutritionnelle des paniers d’achats a été rédigé suite à un essai randomisé contrôlé réalisé chez 11 981 participants de la cohorte NutriNet-Santé.

Les participants ont été divisés en 5 groupes correspondant aux cinq conditions d’exposition selon les logos testés: le système coloriel 5-C; la coche verte, similaire à celle utilisée dans certains pays scandinaves et aux Pays-Bas; le Traffic Lights Multiples utilisés en Grande Bretagne et les Repères Nutritionnels Journaliers (GDA) déjà utilisés en France par certains industriels. Enfin, le dernier groupe était soumis à une situation sans logo, utilisée comme contrôle. L’impact des logos d’information nutritionnelle sur les intentions d’achat des consommateurs a ensuite été évalué en mesurant la qualité nutritionnelle globale du panier d’achat, ainsi que la teneur en calories et en différents nutriments.

Les résultats de cette étude montrent que l’ensemble des logos testés, excepté les Repères Nutritionnels Journaliers, conduisent à une qualité nutritionnelle globale du panier d’achat significativement meilleure comparée à la situation de référence sans logo.  Le logo 5-C s’est par ailleurs avéré être le plus efficace pour améliorer la qualité nutritionnelle du panier d’achat.

De plus, en Mars 2016, l’ANSES a émis un avis relatif à l’algorithme de classification nutritionnelle des aliments proposés par la FCD. Dans ce rapport, les classifications proposées par la FCD et le système 5-C modifié (proposé par le professeur Hercberg), ont été comparées. Il en ressort de ce rapport une concordance globale des systèmes avec des différences ponctuelles, sans qu’un pouvoir discriminant supérieur puisse être mis en évidence par l’un ou l’autre des systèmes, comme cité dans le communiqué de presse de la FCD suite à l’avis émis par l’ANSES.

Ce rapport, sera par la suite complété par une analyse comparative réalisée par l’ANSES, de ces 2 systèmes en matière de nutrition au regard des enjeux de santé publique.

Enfin, à partir de Septembre, ces 4 systèmes (5C, SENS, nutri-repères et les feux tricolores) seront testés en conditions réelles d’achats, c'est-à-dire dans plusieurs grandes surfaces sous la gouvernance de la Direction Générale de la Santé, de la Direction Générale de l’Alimentation, et de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes. Les 4 systèmes seront testés pendant 3 mois dans 5 groupes de 10 magasins: 1 groupe pour chaque système, le dernier groupe de magasin servant de témoin. Dans ces 4 groupes de magasins, plusieurs rayons verront l'intégralité de leurs produits affichant les visuels de l'un des systèmes.

Quatre catégories de produits ont été proposées par le comité scientifique pour ces tests:

  • Les produits traiteurs frais préemballés (salades à emporter, sandwich, quiches, pizza...);
  • Les produits laitiers frais (hors laits): yaourt et assimilés (fromages blancs, faisselles...) et desserts laitiers (crèmes, mousses);
  • Les produits préemballés de viennoiserie et/ou de panification;
  • Les plats cuisinés préparés ou plats composés hors surgelés et hors produits déshydratés (conserves, 4 ème ou 5 ème gamme, produits frais).

Auxquelles peuvent s'ajouter:

  • Eaux et boissons rafraichissantes sans alcool stockés à température ambiante et réfrigérés;
  • Biscuits (sucrés et salés), céréales du petit déjeuner, panification sèche (biscottes, cracottes...).

 

L'objectif sera de déterminer quel système est le plus efficace sur les comportements d'achat sur la base d'un protocole de recherche établi par un comité scientifique indépendant.

Les résultats de cette expérimentation sont attendus pour Décembre 2016 avec une mise en œuvre sur les emballages alimentaires par les industriels au cours du 1er semestre 2017.

Pour en savoir plus sur les différents systèmes d’étiquetage nutritionnel en face avant des emballages : http://alimentation-sante.org/wp-content/uploads/2015/01/Systemes_info_nutri_1501.pdf

http://social-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/preserver-sa-sante/article/l-evaluation-en-conditions-reelles-d-achat-des-systemes-d-information-317290

Pour en savoir plus sur l'évaluation des différents systèmes en conditions réelles d'achat: http://social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_du_comite_scientifique_11_avril_2016.pdf

Nouveau système: Nutri Mark

Un nouveau système d’étiquetage en face avant des produits alimentaires vient d’être lancé par Leclerc. Ce système, appelé Nutri Mark (appellation déposée par Leclerc) se base sur le système HSR (Health Star Rating) utilisé en Australie et en Nouvelle Zélande. Leclerc a choisi ce système car il le juge moins stigmatisant que le système 5C proposé par le professeur Hercberg car sans couleur (le rouge étant jugé trop stigmatisant pour Leclerc).

Ce score développé par la Food Standard Australia New Zealand (FSANZ) est mis en place depuis juin 2014 en Australie dans les entreprises agroalimentaires, sur la base du volontariat. Afin de déterminer le score d’un aliment, 6 étapes sont à respecter:

  • Étape 1: Déterminer la catégorie de l’aliment

Il existe 2 catégories majeures: les produits laitiers et les produits non-laitiers. Ces 2 catégories possèdent chacune 3 sous catégories où des critères spécifiques sont utilisés pour déterminer si un produit alimentaire est classé comme un aliment laitier ou non.

Les 6 catégories d’aliments sont :

- Les boissons autres que les produits laitiers (catégorie 1);

- Les boissons à base de lait (catégorie 1D);

- Tous les aliments autres que ceux inclus dans les catégories, 1, 1D, 2D, 3 ou 3D (catégorie 2);

- Les produits laitiers autres que ceux inclus dans les catégories 1D ou 3D (catégorie2D);

- Les huiles ou pâtes à tartiner définies comme suit : huiles comestibles, huiles et tartinables, margarines, beurres (catégorie 3);

- Les fromages et fromages fondus contenant plus de 320 mg de calcium (catégorie 3D) ;

  • Étape 2: Déterminer la forme de l’aliment

Les teneurs en éléments nutritifs utilisés pour déterminer le HSR doivent être appliqués à la forme de l’aliment telle que déterminée conformément à ce qui suit :

- L'aliment tel que vendu si le produit peut être soit préparé avec d'autres aliments ou consommé tel que vendu ;

- L'aliment prêt à consommer si le produit doit être préparé et consommé selon les instructions sur l'étiquette ;

- Le produit après reconstitution et prêt à consommer si l'aliment nécessite la reconstitution avec de l'eau ;

- Le produit après égouttage et prêt à consommer si l'aliment nécessite un égouttage avant consommation.

Dans tous les cas, le HSR doit être basé sur la forme de l’aliment pour laquelle les informations nutritionnelles sont affichées.

  • Étape 3: Calculer les points du HSR

Le score est calculé selon la quantité moyenne d’énergie, de matières grasses, de sucres totaux et de sodium pour 100g ou 100 ml. Le calcul des points est donné dans les tableaux ci-dessous (cliquer sur les icônes pour faire apparaître les tableaux):

 

Plus le score est faible, meilleure sera la note du produit.

  • Étape 4: Calcul du HSR par points modifiés

Une modification des points peut être apportée grâce à la quantité de fruits, noix ou légumes à un maximum de 8 points, ainsi qu’une modification de 15 points maximum pour une quantité de protéines et fibres alimentaires.

Il existe 3 types de modification de points :

- Le HSR Protein (P) point qui peut être attribué à un aliment ayant un score de base inférieur à 13 points ;

- Le HSF Fiber (F) point pouvant être attribué pour les catégories 2, 2D, 3 ou 3D seulement ;

- Le HSR V point attribué pour les aliments qui contiennent des sources non concentrées de fruits ou légumes ou de mélanges des 2.

  • Étape 5: Calculer le score final du HSR

Il suffit de soustraire les points modifiés au calcul de base:

Score final = score de base – (V points) – (P points) – (F points)

  • Étape 6: Attribution d’une note au HSR final

Une note allant de 0,5 à 5 est attribuée au produit (par tranche de 0.5) selon le tableau ci-dessous (qui dépend de la catégorie dans laquelle le produit est classé). (Cliquer sur l’icône ci-dessous pour faire apparaître le tableau) :

En plus de cette note sous forme d’étoiles, apparaît le pourcentage de couverture des apports recommandés (AR) par portion pour les nutriments suivants: les calories, matières grasses, acides gras saturés, sucres et le sel.

Le test vient de débuter dans une centaine de drive Leclerc avec l’affichage du Nutri Mark uniquement sur les produits marques de distributeurs (MDD) du drive soit sur environ 2700 références. L’affichage des scores n’est pas prévue sur les packs ni en magasins et se cantonnera à l’affichage en ligne pour des raisons de coût.

Ce test durera jusqu’en Septembre puis sera suivi d’une période d’analyse statistique des données récoltées.

Pour en savoir plus sur le système HSR: http://healthstarrating.gov.au/internet/healthstarrating/publishing.nsf/Content/About-health-stars

Mise à jour le: 23/05/2016

Revenir

Ajouter un commentaire

Contactez-nous !

nutree

Les atouts de notre solution

  • Complet
  • Réglementaire
  • Fiable
  • Traçable
  • Autonome
  • Flexible
  • Compétitif

 

123 boulevard Louis Blanc
85 000 La Roche-sur-Yon
Tél: 02.72.71.16.34

SARL au capital variable de 10.000€

RCS de La Roche-sur-Yon B 839 873 106

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d’intérêts En savoir plus...